Reading Time: 15 minutes

Les Jeux olympiques de 2018 qui se sont tenus le mois dernier m’ont rappelé la similitude entre la citation de Pierre de Coubertin (voir ci-dessous) et la question, souvent évoquée, de Lester B. Pearson dans son allocution du Prix Nobel : « Comment peut-on avoir la paix si les gens ne se comprennent pas et comment y arriver s’ils ne se connaissent pas? »

Une soixantaine d’années plus tôt, le baron de Coubertin a écrit : « Les guerres naissent parce que les nations ne se comprennent pas. C’est seulement lorsque les préjugés qui séparent les différentes races auront disparu que nous connaîtrons la paix. Quoi de mieux, pour y arriver, que de rassembler périodiquement la jeunesse de tous les pays pour des épreuves amicales de force et d’agilité musculaires? »

Au Collège Pearson UWC, nous encourageons l’entente internationale en accueillant des jeunes du monde entier pour vivre, apprendre et rire ensemble.

Nos étudiants

Rencontre des représentants personnels des premiers ministres et présidents du G7 à Pearson


Les étudiants du Collège Pearson UWC ont eu maintes occasions d’interagir avec les représentants personnels (appelés sherpas dans leur jargon) des dirigeants du G7 lors de leur récent séjour sur le campus (6 et 7 mars). Aucune autre école préuniversitaire au Canada – ou ailleurs à notre connaissance – n’a eu cette chance unique d’évoquer directement les préoccupations des jeunes du monde entier avec ces hauts responsables.

Le Canada s’est vu confier la présidence du G7 en début d’année et sera l’hôte du Sommet qui va réunir les premiers ministres et présidents des États membres (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Japon, Italie, Royaume-Uni, Union européenne) dans Charlevoix, au Québec, en juin. Nous sommes reconnaissants à Peter M. Boehm, sous-ministre pour le Sommet du G7 et représentant personnel du premier ministre du Canada, d’avoir organisé cette rencontre sur le campus et encouragé ses pairs des nations du G7 et de l’Union européenne à échanger, discuter et interagir avec les étudiants de Pearson. Je suis fière que nos étudiants aient profité de la moindre occasion pour s’engager auprès de ces représentants, et qu’on ait cherché intentionnellement et sans détour à avoir un dialogue ouvert et parfois dérangeant.

M. Boehm a dirigé une présentation et un débat communautaires avec les étudiants du Collège Pearson le 6 mars. L’éventail et le calibre de leurs questions et commentaires ont reflété, comme toujours, la diversité et l’intégrité de notre corps estudiantin – ce qui a amené M. Boehm a décrété que cette « séance d’engagement » avait été la meilleure de tous les groupes universitaires qu’il a rencontrés depuis qu’il assume ce rôle.

« Nous avons été estomaqués – comme je l’ai dit à mes collègues – par le niveau de préparation des étudiants qui nous ont posé des questions, a déclaré M. Boehm. Les thèmes, les angles (des questions) et les opinions exprimées vont manifestement se refléter dans la suite de nos discussions. Les questions des étudiants et les conversations que nous avons eues avec eux ont beaucoup clarifié nos délibérations, et cela nous a franchement motivés. »

Nos étudiants ont eu d’autres occasions formelles et informelles de s’impliquer auprès des délégations, notamment le 7 mars quand des jeunes des pays du G7 ont rencontré leurs délégations nationales respectives.

« Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre » est un des thèmes du Sommet du G7 de 2018. Dans le cadre de la table ronde du 8 mars sur les océans, Laura Verhegge, professeure de sciences de la mer, a fait une présentation à titre de membre d’un groupe d’experts. Elle a fait une intervention marquante, en présence de ses étudiants de deuxième année, en utilisant des aides visuelles, notamment des déchets en plastique rejetés par l’océan que les jeunes de Pearson ont ramassés dans la baie Pedder.

La tenue sur le campus d’une rencontre de haut niveau comme celle-ci a rappelé la reconnaissance et le respect dont jouissent les étudiants et les anciens du Collège Pearson UWC qui s’efforcent de remplir la mission des United World Colleges dans le monde. Cela aura été aussi une excellente occasion d’avoir des discussions saines, des débats et même des désaccords au sein de la communauté Pearson. J’ai eu le plaisir d’animer deux séances d’écoute post-G7 pendant lesquelles plusieurs ont fait part de leurs réflexions et leurs préoccupations sur la façon dont la « culture » de ce genre d’assemblée internationale de niveau diplomatique diffère de l’atmosphère plus informelle qui règne sur notre campus. Il a aussi été question de donner aux étudiants l’occasion d’interagir davantage lors de futures rencontres de cette nature sur le campus et du caractère adéquat du mot sherpa dans le contexte du G7.

Activités menées par les étudiants

Je félicite les étudiants qui ont organisé en février l’excellente journée TEDx, On the Flip Side, et les conférenciers extraordinaires – dont certains de nos étudiants – qui ont convaincu l’auditoire de s’écarter de la pensée collective en explorant l’autre facette de la perspective traditionnelle. Ce fut un moment fascinant qui a fait réfléchir.

Je veux aussi remercier l’équipe qui a travaillé très dur pour préparer et tenir les rassemblements du Village intéressants, dynamiques et mobilisateurs de cette année. Celui de janvier a notamment donné lieu à la création d’un groupe de travail communautaire (formé d’étudiants, de professeurs et autres intervenants) pour examiner notre modèle éducatif et notre programme. Comment est-ce que Pearson peut innover et adapter son modèle éducatif pour concilier son statut et ses aspirations en tant qu’établissement UWC, tout en tenant compte des exigences et des réalités du baccalauréat international?


Parmi toutes les initiatives des étudiants, j’aimerais souligner l’atelier fort prisé de Yousra Alfarra (43e cohorte/2018, Palestine) et Hana Fatinah (44e cohorte/2019, Indonésie) sur la sensibilisation culturelle au port du hijab. Il a été notamment question du hijab dans différents pays, en particulier en Indonésie et en Palestine, du féminisme, de la raison pour laquelle elles ont choisi de porter le hijab et ce qu’en dit le Coran. Je pense que beaucoup de participants ont médité sur les sujets soulevés par cette citation mémorable tirée de la présentation : « Il n’y a rien d’intrinsèquement libérateur dans le fait de montrer la peau ou de la couvrir; la liberté réside dans le choix. » Bien dit!


L’activité phare de l’année, qui combine le spectacle One World et l’expo étudiante, est une occasion incroyable pour nos étudiants du monde entier de mettre en commun leurs voix, leurs talents et leurs aptitudes pour l’organisation! Après la relâche de printemps, le campus a été saisi d’une fébrilité qui a grandi jour après jour, d’abord avec les auditions puis avec l’envoi des courriels bizarres réclamant toutes sortes d’articles inhabituels pour servir d’accessoires et de costumes, notamment des nœuds papillon et de grandes cravates de couleur mauve, bleu marine, jaune, orange, rose et noire!

C’est peut-être superflu de le dire, mais les représentations One World des 16 et 17 mars ont été d’incroyables hommages à la diversité par le biais de la musique, de récits, de la danse et d’expositions éducatives. Nous avons eu droit à une formidable répétition générale sur le campus deux jours avant la première représentation au centre-ville de Victoria et partagé fièrement One World avec la collectivité de Victoria et de toute la partie méridionale de l’île de Vancouver.

Chacun de nos étudiants a joué un rôle essentiel dans la création de One World – sur scène, en coulisse, dans les équipes techniques et de photographie, ou avec les visiteurs de l’expo étudiante. Les commanditaires du spectacle ont aussi pu admirer les œuvres d’art des étudiants qui ornaient les murs du théâtre McPherson. Beaucoup d’autres membres du campus – professeurs, employés, résidents et bénévoles – ont aussi vraiment contribué à faire de One World une expérience exceptionnelle. Je remercie tous ceux et celles qui se sont impliqués.

Je m’estime très chanceuse d’avoir vu cette année une telle assistance au spectacle One World, à l’exposition et à la réception offerte aux familles d’accueil et amis! Je sais que beaucoup d’autres auraient aimé prendre part à ce rendez-vous annuel. Une vidéo du spectacle One World sera disponible dans les semaines qui viennent sur nos réseaux sociaux et notre site Web. Le tournage et le montage sont l’œuvre d’une équipe d’étudiants photographes qui vont mettre beaucoup de cœur à l’ouvrage pour créer une vidéo professionnelle qui sera partagée avec tous les lecteurs de notre bulletin eNews et surtout les proches et amis des artistes!

Semaine des projets (24 février – 3 mars)

Tous les ans, les étudiants quittent le campus pendant une semaine – beaucoup séjournent dans nos merveilleuses familles d’accueil – pour s’adonner en petits groupes à quelque chose qui les intéresse ou les passionne tout particulièrement. Les activités de cette année ont couvert un large spectre allant d’épreuves physiques exigeantes à la simple découverte des communautés autochtones de l’île de Vancouver et de la côte ou encore au travail de notre terre nourricière.

Des étudiants ont profité d’un atelier sur les instruments de musique pour apprendre à fabriquer à la main des violons, violes et mandolines. Un groupe a fait la chasse aux espèces végétales envahissantes dans le parc Bruce Hutchison, tandis qu’un autre a effectué du bénévolat dans une ferme biologique sur l’île Salt Spring, entre l’île de Vancouver et le continent. Le projet sur l’histoire de la vallée de Cowichan a permis aux étudiants de découvrir différents aspects de la culture autochtone, les perspectives sur l’intégration des Autochtones et la façon de bâtir une communauté. Des étudiants en sciences politiques de Pearson ont pris part à des activités organisées par des ministères provinciaux de la Colombie-Britannique, et le groupe Pearson by Design a participé à un atelier du laboratoire d’innovation ResiliencebyDesign. Un autre groupe a fait une expédition en raquettes de 45 km le long de la piste Kludahk, tandis que la troupe Gumboot a enseigné la danse des mineurs sud-africains à l’école secondaire de Victoria. Tous sont revenus en sécurité, transformés, ravis et parfois exténués! Vous trouverez de plus amples renseignements et beaucoup de photos sur nos réseaux sociaux et dans cet album Flickr.

Journée des sujets spéciaux – le défi analogique

Pour la dernière Journée des sujets spéciaux de l’année, étudiants et adultes ont dû relever « le défi analogique ». Cela n’a pas été évident pour beaucoup, tant nous dépendons de nos appareils électroniques! L’accès au WIFI a été interrompu pendant toute la journée, les étudiants ont laissé leurs appareils dans leurs chambres et nous avons collé des bouts de papier sur un mur de la cafétéria pour organiser le programme de la journée.

Journée  internationale de la langue maternelle

C’est quasi impossible de suivre – et encore moins de souligner – toutes les journées internationales, mais il n’y a pas de meilleur endroit que Pearson, avec sa grande diversité de langues, pour célébrer la Journée internationale de la langue maternelle. Un grand merci au groupe « Language Buddies », qui a organisé un dîner multilingue. Chaque table devait apprendre une langue différente et les étudiants pouvaient s’asseoir à la table de leur choix ou à circuler parmi plusieurs pendant le repas pour savoir dans combien de langues ils apprendraient à dire le mot « neige »!

Période de questions avec la gouverneure générale et des étudiants de Pearson

Un groupe de 25 étudiants de Pearson a été invité à une discussion libre mettant à l’honneur la gouverneure générale du Canada Julie Payette à Victoria le 21 mars. Mme Payette, une ancienne membre du conseil d’administration du Collège Pearson UWC et diplômée du Collège UWC de l’Atlantique, a effectué son premier voyage officiel en Colombie-Britannique en qualité de gouverneure générale et a tenu à rencontrer des jeunes lors d’une de ses conférences. Les étudiants de Pearson se sont joints à 40 autres jeunes de l’île de Vancouver pour une rencontre à l’occasion de laquelle ils ont pu exprimer leurs préoccupations et poser des questions à la gouverneure générale, qui est la chef d’État désignée du Canada. Un grand merci à Benoït Charlebois, notre directeur, Engagement de la communauté et des parties prenantes, qui a collaboré avec le bureau de la gouverneure générale pour faire en sorte que les étudiants de Pearson puissent profiter de cette occasion exceptionnelle.

Visite des Fellows Sauvé

J’ai été personnellement ravie que plusieurs représentants de la Fondation Jeanne Sauvé, d’où je viens, aient passé dernièrement une semaine à interagir avec nos étudiants en classe et dans le cadre de nos programmes d’affaires mondiales, de conférences et d’invités spéciaux. Les Fellows en leadership public Sauvé 2017-2019 sont un groupe diversifié de jeunes leaders venant du Canada et de l’étranger, qui ressemblent à bien des égards aux étudiants UWC mais avec 10 ans de plus! C’est la deuxième année que nous les recevons. (Pour la petite histoire, j’étais chargée de recruter et de soutenir les Fellows Sauvé et leur programme dans le cadre de mes fonctions antérieures comme directrice générale de la Fondation Jeanne Sauvé à Montréal.)

Les Fellows sont 12 jeunes leaders de 25 à 30 ans qui œuvrent dans des domaines aussi divers que l’éducation, le droit, le travail social, les politiques, l’activisme communautaire et la réalisation de films, et qui ont vécu et étudié ensemble à Montréal au cours des huit derniers mois dans le cadre du Programme de leadership public Jeanne Sauvé. Ensemble, ils mettent leurs talents de penseurs, communicateurs et collaborateurs interculturels et interdisciplinaires au service d’une cause commune. Le thème de cette année – Le leadership public pour des sociétés culturellement diversifiées – cadre parfaitement avec la mission Pearson.

Soirée à l’opéra

Au moins deux fois par année, des dizaines d’étudiants, d’employés, de professeurs et de résidents assistent à des représentations du Pacific Opera of Vancouver. Le 13 février, 100 personnes du campus ont pu voir La Bohème grâce aux efforts et aux talents d’organisatrice de Romaine Bosma, qui coordonne (entre autres) l’administration et les admissions. Ce fut une merveilleuse sortie culturelle pour notre communauté et un prélude romantique parfait à la Saint-Valentin. Beaucoup sur le campus attendent déjà avec impatience la représentation, le 17 avril, du dernier opéra de la saison, Rinaldo, une des compositions les plus flamboyantes de Haendel.

Nos anciens

Programme d’anciens en résidence – la vie après Pearson

Tel qu’annoncé en décembre, le très populaire et fort gratifiant Programme des anciens en résidence a amorcé sa troisième année en janvier avec la venue de Raquel Moya Agudo (6e cohorte/1981, Espagne) et Albert Luís (24e cohorte/1999, Espagne), qui vivent en Espagne. Raquel et Albert ont pris part à des classes et à des activités informelles sur le campus. Comme toujours, nous apprécions énormément cette façon qu’ont les anciens de redonner à nos étudiants actuels.

C’est toujours amusant et instructif d’interagir avec les anciens qui viennent parler de la vie après Pearson. Cette session, nous avons eu le plaisir de recevoir Kohtaro Kosugiyama (41e cohorte/2016, Japon), étudiant à l’Université de New York et leader de la jeunesse; Vivian Lam (37e cohorte/2012, Norvège), anthropologue médicale; et Stefan Forster (4e cohorte/1979, Allemagne), qui ont parlé de leurs expériences pendant ces rencontres informelles et ouvertes. Pour partager vos propres expériences et perspectives de vie avec nos étudiants, veuillez communiquer avec  Luisa Vasquez, agente, Relations avec les anciens.


Richard Wise (1re cohorte/1976, Royaume-Uni) et son camarade d’étude Peter Willcock (1re cohorte/1976, Canada, Manitoba) nous ont donné des perspectives précieuses et intéressantes sur les (tout) débuts de Pearson dans le cadre des rencontres sur la vie après Pearson. Richard, qui a siégé au conseil d’administration de Pearson (1995-2001) et au conseil UWC (2003-2010), a passé quelques jours sur le campus. Il a travaillé avec des membres de la direction de Pearson, a participé à de nombreuses activités sur le campus et a fait une présentation très percutante sur ce qu’est un pionnier, en parlant de ses expériences comme membre de la première cohorte et en mettant les étudiants actuels au défi de laisser leur propre héritage. Il est aussi question de l’expérience de Richard dans le numéro de mars 2018 du bulletin eNews de Pearson.

Nouvelles du campus – et d’ailleurs

Familles d’accueil

C’est toujours un plaisir d’exprimer notre gratitude aux familles d’accueil qui ouvrent si généreusement leurs foyers et leurs cœurs aux étudiants vivant loin de chez eux. Lors du brunch offert en février en l’honneur de ces familles, nous avons rendu hommage à la regrettée Stefania (Sannee) McFarlane, qui a tant fait pour le Collège tout au long de sa vie en recevant chez elle des générations d’étudiants de Pearson et en étant l’âme du Club Zonta.

Nous avons aussi eu le plaisir d’exprimer haut et fort notre reconnaissance à nos familles d’accueil lors d’une réception organisée dans le cadre des célébrations One World et à laquelle ont assisté des dizaines de bénévoles, amis, familles et autres soutiens du Collège. Merci à tous d’avoir ouvert si généreusement vos foyers à nos étudiants. L’accueil dans des familles canadiennes est un aspect important de l’expérience Pearson globale.

Rénovations et modernisation du campus

La salle commune des étudiants, qui vient d’être rénovée, a ouvert à la fin janvier et suscité beaucoup d’admiration. La patience dont les étudiants ont fait preuve pendant les travaux a été récompensée : la salle offre à présent un espace réaménagé et modernisé pour la détente, la conversation, la musique, l’étude et bien d’autres activités comme des cafés musicaux.

La salle comporte, entre autres, de nouvelles fenêtres écoénergétiques, un plancher et une scène durables et esthétiques, un système de contrôle climatique grandement amélioré et écoénergétique, un nouvel éclairage (ampoules DEL à intensité variable), des infrastructures et un mobilier nouveaux (postes de travail sur comptoirs de style café avec prises USB, spots lumineux, fauteuils confortables et tables à café; prises de courant mises à niveau et modernisées, WIFI et soutien audiovisuel incluant un nouveau projecteur), et un nouvel espace pour exposer les œuvres des étudiants. Je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que l’attente aura valu la peine et qu’il s’agit d’un bon investissement pour soutenir l’apprentissage et le bien-être!

Un autre grand projet nous attend! La Maison McLaughlin (bâtiment 3) va être entièrement rénovée et réaménagée cet été, pendant une courte période de travaux. Ce sera la troisième résidence étudiante à faire l’objet d’une vaste réfection en cinq ans. La reconstruction de la Maison du Japon (bâtiment 2) l’an dernier nous a appris énormément de choses qui vont nous aider à achever les travaux de la Maison McLaughlin à temps pour l’arrivée des étudiants à la fin août.

Ty Pile, notre infatigable vice-président, Opérations et administration, a tenu la communauté au courant des progrès du plan de renouvellement du campus, lequel a été conçu pour améliorer le milieu d’apprentissage et de vie sur le campus. Comme beaucoup le savent, l’entretien et la mise à niveau de nos bâtiments dans la forêt pluviale de la côte Ouest posent des défis constants! Je vous invite à lire l’article sur la Maison McLaughlin et à réfléchir à la façon dont vos dons nous permettent de renouveler nos installations pour attirer des jeunes leaders du monde entier.

Le Collège Pearson UWC « hors campus »

Un aspect important de mon rôle comme présidente et rectrice consiste à sensibiliser de plus en plus de Canadiens et de personnes à l’étranger au rôle positif que les anciens et les étudiants actuels du Collège Pearson UWC jouent dans le monde. Notre établissement, qui fait partie du mouvement UWC, prépare de jeunes esprits à fournir un leadership éclairé dans leurs collectivités, organisations et pays – ce dont le monde a cruellement besoin. Nous voulons envoyer à nos amis et à ceux qui nous soutiennent financièrement (et qui financeront éventuellement des bourses) un message positif et encourageant : les étudiants de Pearson sont appelés à se démarquer pour leur esprit citoyen et leur leadership positifs dans les années à venir.

Dan Hurley, vice-président, Avancement et relations extérieures, et moi avons sensibilisé les responsables gouvernementaux et les décideurs à Ottawa et à Montréal ces dernières semaines. Le message de Pearson est accueilli avec enthousiasme et j’espère vous donner d’autres nouvelles dans les mois qui viennent.

Dan a aussi porté notre message à l’étranger dans le cadre d’une série de réunions et de conférences au Royaume-Uni. Il a rencontré ses homologues du bureau UWC international et nos écoles UWC sœurs, et il en a profité pour retrouver certains de nos anciens. J’ai pour ma part eu le privilège d’assister à la dernière réunion du conseil de la Fondation pour l’étude des processus au Canada (Forum pour jeunes Canadiens).

Notre mouvement – nouvelles de l’UWC

Oser rêver

Shelby Davis, notre extraordinaire mécène, s’est engagé à verser plus de 100 M$ US au fonds des bourses UWC. À partir de 2018, cette somme va permettre d’offrir 100 bourses supplémentaires par année à des étudiants de plus de 150 pays pour qu’ils fréquentent un des 17 établissements UWC dans le monde pendant leurs deux dernières années d’études secondaires. Les 100 bourses seront attribuées à des étudiants qui ne pourraient pas autrement « oser rêver » d’une éducation de classe mondiale comme celle qu’offre le mouvement UWC.

Le don de Shelby Davis souligne l’engagement du mouvement UWC à accroître la diversité de son corps estudiantin telle qu’énoncée dans la stratégie UWC pour 2018 et au-delà. Cet objectif sera atteint en faisant en sorte que l’accès à l’éducation UWC soit accordé indépendamment des moyens socioéconomiques de chaque étudiant.

Nouveaux dirigeants dans cinq collèges UWC

Félicitations et bienvenue aux cinq nouveaux dirigeants des Collèges UWC dont les nominations viennent d’être annoncées! Pearson se joint au réseau UWC international pour souligner la venue de ces êtres d’exception qui vont diriger les établissements UWC Dilijan, UWC Changshu China, UWC Red Cross Nordic, UWC Mahindra College et UWC Mostar à compter d’août 2018. Apprenez-en davantage sur eux ici.

Réunion des recteurs

La dernière réunion des recteurs UWC s’est tenue à UWCSEA à Singapour (23 au 26 mars). Heather Gross, vice-présidente, Éducation et programmes, a représenté Pearson haut la main à cette occasion. Je m’attends à ce qu’elle revienne au campus avec plein de pratiques exemplaires, d’initiatives communes, de plans et de suggestions à propos des nombreuses façons dont les établissements UWC peuvent continuer à apprendre les uns des autres pour continuer à renforcer le mouvement UWC.

Perspectives d’avenir

Il reste moins de deux mois avant la fin des classes, après quoi il y aura une brève période d’étude et les épreuves exigeantes du baccalauréat international, ce qui signifie beaucoup d’activité sur le campus et de la pression et des journées parfois stressantes pour nos étudiants.

Je tiens à vous assurer que tous les adultes de Pearson sont là pour veiller à l’équilibre mental des étudiants et seront particulièrement vigilants pendant cette période. Comme je l’ai indiqué dans les Nouvelles de la Présidente de janvier 2018, nous savons que les jeunes d’aujourd’hui sont soumis à des pressions énormes, à plus forte raison dans une institution comme Pearson, qui a un programme exigeant sur le plan des études et des expériences. Nous avons recours à un encadrement en équipe pour soutenir nos étudiants. Le jeune est au centre de ce cercle d’attention – chacun est soutenu par des pairs dûment formés, un professeur qui lui sert de mentor, des parents résidents engagés, les professionnels et les conseillers du centre de soins de santé, ainsi que d’autres adultes de confiance désignés par les étudiants. Les jeunes qui pourraient avoir besoin d’un plus grand soutien mental peuvent toujours faire appel à des conseillers et des services de santé mentale sur le campus et dans la communauté extérieure, en passant par le centre de soins de santé du campus. Je vous donnerai d’autres nouvelles d’ici la fin de l’année scolaire. D’ici  là, je vous invite à suivre les nouvelles et les billets ponctuels dans nos réseaux sociaux – vous trouverez les liens pour y accéder sur notre page d’accueil.

À très bientôt.


Désirée McGraw
Président et Rectrice
Collège Pearson UWC