Reading Time: 13 minutes

Bonjour.

Je m’appelle Désirée McGraw et j’ai le plaisir et le privilège de servir comme présidente du Collège Pearson UWC. Je me suis installée ici avec ma famille en janvier dernier afin de vivre avec vous tous l’expérience qu’est le Collège Pearson. Mon mari Chris et mes fils Jack (il a 11 ans et est l’enfant le plus âgé du campus) et Michael (7 ans) sont allés camper, mais ils nous rejoindront pour le barbecue. Nous sommes impatients de vous accueillir ici dans les jours qui viennent.

Nous avons débuté la journée avec les mots de bienvenue du chef Russ Chipps et de son oncle Henry Chipps. C’est très important de souligner le lien et le sentiment particuliers  que nous inspire l’endroit – sa culture et son histoire : les terres ancestrales de la Première Nation Scia’new. Nous sommes reconnaissants et honorés de vivre et d’apprendre ici.

J’étais ici il y a deux ans, le 31 août 2015, pour accueillir les promotions 41 et 42 lors de ma première assemblée inaugurale.

Je souhaite un bon retour parmi nous à la promotion 43!

J’ai entendu ces derniers jours tant d’éclats de voix joyeux que je sais à quel point vous êtes contents d’être revenus dans la baie Pedder et d’avoir retrouvé votre cohorte, les professeurs, le personnel et vos autres amis de la communauté LBP. L’énergie positive que vous dégagez est extraordinaire!

L’année s’annonce passionnante et riche en défis et activités de toutes sortes, d’autant que vous vous préparez pour l’ultime épreuve UWC – le baccalauréat international.

Vous faites à présent partie des « anciens » et nous comptons tous sur vous pour prendre au sérieux votre rôle de guides et mentors de la promotion 44.

Les professeurs, le personnel et la communauté LBP élargie seront à vos côtés.


Je souhaite la bienvenue à la promotion 44 dans le monde unique du Collège Pearson et celui encore plus grand du mouvement UWC!

Vous vous êtes tous renseignés sur Pearson et certains d’entre vous connaissent d’anciens étudiants, mais c’est en faisant vous-mêmes l’expérience que vous saurez à quel point l’aventure dans laquelle vous vous embarquez est enrichissante et transformatrice.

Outre l’enseignement avant-gardiste dont vous bénéficierez, le service communautaire est un aspect important de l’expérience Pearson qui vous permettra d’élargir vos horizons et vos intérêts.

Située dans un des plus beaux endroits du Canada, la baie Pedder offre un cadre extraordinaire pour s’adonner à de nouvelles activités de plein air et perfectionner les sports et les compétences que vous maîtrisez déjà.

Les occasions de donner libre cours à votre expression artistique et de découvrir de nouveaux passe-temps ne manquent pas. Comme vos camarades de la promotion 43 vous le diront, l’implication de chaque étudiant dans One World est une expérience inoubliable.

Je salue votre courage! Vous en avez tous démontré – simplement en décidant de faire tout ce chemin pour vous immerger dans une aventure totalement nouvelle, en apprenant à vivre, à communiquer et à collaborer avec un groupe d’une diversité que vous n’aviez jamais connue. Ce courage vous suivra toute la vie, alors que vous poursuivrez vos rêves afin de susciter le changement.

La plupart d’entre vous arrivent de très loin. Je comprends que vous ressentiez une certaine anxiété. Il s’agit, après tout, d’une nouvelle expérience dans un cadre unique – et, pour beaucoup d’entre vous, d’un nouveau pays.

QUI DÉCOUVRE POUR LA PREMIÈRE FOIS L’AMÉRIQUE DU NORD? LE CANADA? LA COLOMBIE-BRITANNIQUE?

La plupart d’entre vous vont vivre et apprendre dans une langue étrangère.

Y EN A-T-IL PARMI VOUS DONT L’ANGLAIS N’EST PAS LA LANGUE MATERNELLE?

Pour environ les deux tiers d’entre vous, l’anglais est la deuxième, troisième ou quatrième langue.

L’anglais est ma langue maternelle, mais je comprends la majorité d’entre vous qui apprend une deuxième langue; j’ai fait l’essentiel de mes études dans ma deuxième langue – le français. Et bien que j’ai aimé pouvoir apprendre cette langue belle et complexe, cela n’a pas été sans mal. C’était dur de ne jamais arriver vraiment à m’exprimer ni à afficher ma personnalité.

Vous n’ignorez pas, je le sais, que Pearson vous offre une occasion formidable d’apprendre comme étudiants et de grandir en tant que personnes, mais que cela s’accompagne parfois de solitude et de doute.

N’hésitez pas à faire appel à notre merveilleuse équipe de professeurs et d’employés – je peux vous assurer qu’ils sont entièrement dévoués à votre bien-être – scolaire et autre.

Vous pouvez aussi compter sur vos pairs de la promotion 43, qui sont déjà passés par là.

Vous aurez l’occasion d’ouvrir vos esprits et d’apprécier encore plus la richesse de la diversité chez les gens et dans la nature, autrement dit d’élargir vos horizons à bien des niveaux. Vous allez perfectionner vos compétences en leadership pour changer les choses dans le monde en vivant, apprenant et riant ensemble, et en servant une diversité de communautés, pays, cultures et contextes. Ce faisant, vous soutiendrez et mènerez à bien la mission du Collège Pearson et du mouvement UWC qui consiste à faire de l’éducation une force qui unit les gens, les nations et les cultures au profit de la paix et d’un avenir durable. 


Et vous allez vous AMUSER!

Pourquoi êtes-vous ici?

Vous êtes ici parce que la paix, l’éducation et la durabilité, ainsi que la diversité sont les pierres angulaires de l’expérience des étudiants du Collège Pearson

Vous êtes ici parce que vous êtes des personnes exceptionnelles qui se soucient du bien-être de leur communauté et de la planète

Vous êtes ici parce que vous avez déjà fait preuve d’initiative et de passion, des attributs pour changer le monde autour de vous

Vous êtes ici parce que vous avez choisi délibérément une expérience éducative transformatrice qui vous aidera à perfectionner vos talents et compétences pour susciter le changement

Vous êtes ici parce que l’approche Pearson de l’éducation expérientielle accorde autant d’importance aux études, au service et au leadership qu’à l’effort physique, l’expression créative et la vie en résidence interculturelle

Nous sommes fiers que le Collège Pearson fasse partie du réseau mondial d’établissements Ashoka Changemaker Schools, qui permet à tous les étudiants d’être des faiseurs de changement—des jeunes qui ont les compétences et l’assurance voulues pour changer le monde dans l’intérêt de tous.

Pourquoi suis-je ici?

En tant qu’organisatrice étudiante, « ambassadrice de la jeunesse » mondiale, chercheuse de cycle supérieur à l’étranger, reporter auprès des Nations Unies, conseillère politique, défenseure des intérêts et, avant tout, éducatrice, j’ai consacré ma vie à mobiliser et à habiliter une nouvelle génération de leaders afin qu’ils s’attaquent aux problèmes globaux.

J’ai toujours remis les choses en question et quand j’ai eu 16 ans, j’ai pris ce que nous appelons une année de congé pour faire une tournée du pays avec trois amis afin parler dans les écoles secondaires de la menace d’une guerre nucléaire et de ce que nous pouvions faire.

Nous sommes partis de St. John’s, à Terre-Neuve, et avons abouti à l’extrémité de la Transcanadienne sur la côte Ouest – le kilomètre « 0 » au Collège Lester B. Pearson. Je n’aurais jamais imaginé que j’y retournerais une trentaine d’années plus tard comme présidente et rectrice du Collège!

Après des centaines de présentations devant des élèves de partout au Canada, nous avons ressenti à Pearson une vraie solidarité avec nos pairs : les étudiants étaient informés, intelligents, engagés, habilités – et profondément résolus à susciter un changement et à créer un monde meilleur, plus juste et pacifique. C’est toujours le cas!

La tournée SAGE (Solidarité anti-guerre étudiante) – ou Students Against Global Extermination en anglais – a transformé notre vie à tous.

J’ai développé un penchant pour l’action et une conscience aiguë des occasions – ou de l’habilitation – qui s’offraient à moi. J’ai compris que l’effort, le travail d’équipe, l’organisation et la passion rendent presque tout possible.

Avant de venir à Pearson, j’ai dirigé pendant plus de sept ans la Fondation Jeanne Sauvé en tant que directrice générale et présidente.

Les Fellows Sauvé sont, à bien des égards, ce que vous serez dans 10 ans.

Originaires de mégalopoles et de petits hameaux du monde entier, ils participent au programme de résidence d’une année à Montréal.  Certains ont eu une existence aisée dans des pays développés; d’autres viennent de pays ravagés par la maladie, la pauvreté, la corruption et les conflits. Ils avaient – et ont – en commun un désir ardent de changer le monde et la volonté de mettre à l’essai et de perfectionner leurs visions. Le réseau de Fellows Sauvé rappelle avec force que le changement exige un dévouement sans faille, mais aussi une collaboration entre des personnes et des organismes qui partagent les mêmes idées.

En 2015, nous avons accueilli l’actuelle cohorte de Fellows Sauvé à Pearson. Ce fut une source d’inspiration pour les étudiants de Pearson et je compte bien en faire une tradition
Je suis ici, avant tout, parce que je crois en vous.

Mon titre préféré est celui de championne en chef du Collège Pearson et je vous promets de toujours être votre championne. Je crois dans le potentiel et le pouvoir que vous avez de changer le monde.

Je crois surtout que le partenariat entre les générations, les pays et les cultures crée un monde plus juste, plus durable et plus pacifique.

Nous les adultes du campus nous engageons à faire notre part – dans nos rôles respectifs – pour vous soutenir et collaborer avec vous.

Lester B. Pearson et la paix

Cette année, nous célébrons le 60e anniversaire du Prix Nobel de la paix décerné à celui à qui nous devons notre nom, l’ancien premier ministre Lester B. Pearson, pour avoir mis sur pied la première Force de maintien de la paix des Nations Unies afin de désamorcer la crise de Suez. Les Casques bleus sont à présent reconnus dans le monde entier.

L’engagement de M. Pearson en faveur de la paix et d’une entente mondiale est au cœur de la vie sur notre campus et de la mission UWC.

Dans l’allocution qu’il a prononcée en recevant son Prix Nobel, M. Pearson a demandé « comment peut-on avoir la paix si les gens ne se comprennent pas et comment y arriver s’ils ne se connaissent pas? » Chacun de nous au Collège Pearson s’efforce jour après jour de relever ce défi.

Je vous invite à lire son discours sur les quatre aspects de la paix (The Four Faces of Peace), à savoir la paix et la prospérité ou le commerce; la paix et le pouvoir; la paix et la politique ou la diplomatie; et la paix et les peuples.

J’espère que ses enseignements vous inspireront et vous aideront à comprendre qui était l’homme.

  1. Pearson était un être extraordinaire à tous les points de vue : diplomate, érudit, chef d’État, père dévoué et grand athlète!

Après avoir quitté la politique et visité le Collège de l’Atlantique, il a piloté la création de ce qui fut alors appelé le Collège du Pacifique. Il est malheureusement décédé en 1972, avant que le projet n’aboutisse. Après son décès, l’établissement a été renommé le Collège Lester B. Pearson du Pacifique en guise d’hommage vivant à sa vision.

J’espère que vous profiterez de cette année pour vous renseigner sur lui et que sa vie vous incitera à intégrer dans la vôtre les valeurs du mouvement United World Colleges que sont le service à la communauté, l’excellence et l’engagement à faire de l’éducation une force qui unit les gens, les nations et les cultures au profit de la paix et d’un avenir durable.

Vous pouvez parfaire vos connaissances en rendant visite à Dani McArthur, la coordonnatrice, Bibliothèque et soutien de l’apprentissage du Collège. Avec l’aide bénévole d’Adrian Lee, un ancien de la promotion 1, Dani s’est lancée dans un projet consistant à créer des archives complètes qui pourront être facilement consultées par plus de gens. La priorité sera accordée à celles qui portent spécifiquement sur la fondation du Collège – l’œuvre de M. Pearson et de ses contemporains – afin de concevoir un recueil numérique multimédia qui permettra de mieux raconter la fondation du Collège par le biais de photographies, de documents et de vidéoclips historiques.

Célébrations de l’anniversaire

Nous allons tenir une série de conférences et d’autres événements sur le campus.

Le 2 novembre, Pearson organise, avec le Collège Massey de l’Université de Toronto, une réception et un panel d’anciens ministres des Affaires étrangères et d’experts qui vont discuter du legs du Prix Nobel de M. Pearson sous l’angle de la paix.

Plus près d’ici, l’Université de Victoria et Affaires mondiales Canada vont célébrer le 150e anniversaire du Canada du 17 au 19 novembre à l’occasion du premier Forum de Victoria. Le Forum a pour thème Canada@150 : Promouvoir diversité et inclusion et le Collège Pearson organise un gala le vendredi soir, après la cérémonie d’ouverture et le panel de discussion. Les étudiants de Pearson auront aussi l’occasion de fournir un soutien tout au long de la conférence.

Le Collège Pearson organise, avec la collaboration d’Affaires mondiales Canada, un important événement à Ottawa la semaine du 11 décembre afin de commémorer la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix et le discours que M. Pearson a prononcé à cette occasion en 1957.

Un groupe de travail, dont fait partie mon indispensable coordonnatrice et adjointe de direction Valérie Colas, est en train de mettre la dernière main aux préparatifs et communiquera les détails à tout le monde.

Réconciliation

Lors de la première allocution que j’ai prononcée en août 2015 devant les étudiants en tant que présidente et rectrice du Collège, j’ai mis la communauté Pearson au défi de commencer le travail de réconciliation entre le Collège et les Autochtones du Canada. Cette démarche cadre avec une des valeurs fondamentales du mouvement UWC, « l’importance d’agir selon ses convictions et de prendre l’initiative de ses propres actes et paroles ». Le Collège s’est toujours efforcé de fournir à ses étudiants les moyens nécessaires de susciter un changement global et il prend des mesures pour changer les choses au niveau local en partenariat avec les Premières Nations.

Le passé qui lie le Canada à ses Autochtones, y compris les Premières Nations, est avant tout une affaire de trahison, d’exploitation et d’injustice. Les pensionnats en sont un aspect particulièrement douloureux : pendant plus d’un siècle, des générations d’enfants autochtones (certains n’avaient que trois ou quatre ans) ont été séparés de leurs parents et élevés dans des pensionnats surpeuplés, sous-financés et souvent malsains partout au Canada. On leur a souvent refusé le droit de parler leur langue et dit que leurs croyances culturelles étaient un pêché. Certains enfants n’ont pas vu leurs parents pendant des années et quand ils les retrouvaient, ils ne communiquaient plus dans la même langue. D’autres enfants – victimes des taux de décès scandaleusement élevés – ne sont jamais rentrés chez eux.  Le but était de « tuer l’Indien chez l’enfant » et il s’agissait ni plus ni moins d’un génocide culturel de masse.

Dans la foulée de cette tragédie nationale, une Commission de vérité et réconciliation a été créée et a reçu pour mandat de faire connaître aux Canadiens l’existence des pensionnats et la place qu’ils occupent dans l’histoire du pays. Après avoir sillonné le Canada pendant des années – et écouté et enregistré les témoignages de milliers de « survivants » des pensionnats, la Commission de vérité et réconciliation a présenté son rapport en juin 2015. Maintenant que le rapport a établi la vérité, la Commission met le pays au défi de participer à la réconciliation. Un défi pour les Autochtones mais aussi pour l’ensemble des Canadiens. Et si la justice sociale vous interpelle un tant soit peu, c’est notre défi à tous.

J’ai eu l’honneur de participer en 2015 à la  Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership. Une des autres participantes était Kory Wilson, une ancienne de Pearson qui est à présent directrice générale  des initiatives et partenariats autochtones de l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique et membre de notre conseil d’administration. C’est aussi la sœur de l’honorable Jody Wilson-Raybould, la première ministre de la Justice et procureur général du Canada autochtone. De tous les souvenirs que je garde de la tournée de la Conférence sur le leadership, ce sont les visites des pensionnats qui m’ont le plus ébranlée. Les pensionnats sont bien entendu fermés, mais le sentiment d’horreur subsiste. Et ces visites m’incitent à tout mettre en œuvre – et à pousser mon entourage à en faire autant – pour suivre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

À Pearson, je crois que nous avons une responsabilité particulière – car nous sommes en mesure de relever ce défi. L’histoire et la réalité des pensionnats sont à l’opposé de nos convictions. Et en tant que pensionnat qui célèbre la communauté et la diversité sous toutes ses formes, nous avons une occasion spéciale de changer les choses.

Afin de soutenir ce travail de réconciliation, j’ai créé un nouveau poste – celui d’éducateur, conseiller et coordonnateur autochtone du programme de réconciliation – une première au Collège Pearson et à l’échelle des United World Colleges (UWC). Ce rôle axé sur l’enseignement et le soutien est accompli avec énormément d’enthousiasme et de sensibilité par Clint Kuzio, un autre ancien de Pearson, qui interagit avec les étudiants et le personnel pour fournir une formation sur les compétences culturelles, la sécurité et l’humilité, et faire en sorte que la communauté Pearson cerne mieux les enjeux autochtones. Il intervient aussi directement auprès des étudiants autochtones pour les aider à réussir le baccalauréat international (BI) et les conseiller sur les études postcollégiales et autres débouchés.

L’éducateur autochtone fait aussi partie intégrante de l’équipe qui est en train de préparer un nouveau cours d’anthropologie pour le BI sur « les nations autochtones et les États colonisateurs selon les perspectives locales et mondiales », qui sera donné à Pearson et offert aux autres établissements UWC et à des milliers d’écoles préparant au BI dans le monde, qui pourront adapter d’une façon appropriée ce cours de réconciliation et de compréhension à leurs besoins locaux.

Nous collaborons étroitement avec le chef Russ Chipps et d’autres membres de la Première Nation Schia’new (Beecher Bay) locale, l’idée étant d’envisager des partenariats grands (création d’un centre mondial de la paix et réconciliation sur le campus) et petits (institution d’une bourse complète permettant à des étudiants autochtones de la région de fréquenter le Collège Pearson).

Ces deux dernières années, les étudiants ont mené diverses initiatives, entre autres une journée thématique spéciale consacrée aux enjeux et aux peuples autochtones, et des semaines de sensibilisation intensive dans des écoles publiques de la région comptant une forte proportion de membres des Premières Nations, ce qui a mené à la mise sur pied de programmes de mentorat de pair à pair.

Je suis impatiente de savoir comment vous comptez poursuivre et étendre les initiatives étudiantes sur la question.

 

Haute direction

J’aimerais vous présenter maintenant la haute direction du Collège Pearson.

Tyrone Pile

Tyrone Pile, vice-président, Opérations et administration, dirige toutes les fonctions internes non rattachées aux études, notamment les ressources humaines, les finances, les affaires juridiques, les infrastructures, les technologies de l’information, et la planification opérationnelle et stratégique. Bien que tout se passe essentiellement en coulisse, son équipe et lui ont effectué énormément de restaurations, de rénovations et d’améliorations sur le campus au cours des derniers mois. Ils vont poursuivre une partie de ces travaux durant l’automne, et continuer à rénover les bâtiments et les installations afin que notre campus soit encore plus DURABLE ET BEAU.

Ty va vous brosser un tableau complet, mais voici quelques points saillants :

  • La Maison du Japon a fait l’objet de grandes transformations : le dortoir intérieur a été rénové, et le pavillon a un nouveau toit, de nouvelles fenêtres, un nouveau système éconergétique de chauffage et de refroidissement, et plus encore!
  • Le pavillon académique, qui sera bientôt prêt, comportera de nouvelles classes modernisées et, tout comme la Maison du Japon, il aura un nouveau toit et de nouvelles fenêtres. La bibliothèque va avoir un nouveau toit, dès que celui du pavillon académique aura été posé. Après avoir consulté un certain nombre d’étudiants l’an dernier, nous avons effectué des améliorations à votre espace – la salle communautaire des étudiants!
  • Entretien des arbres et réhabilitation des espèces indigènes
    Un travail arboricole autour du campus a été amorcé l’an dernier et s’est poursuivi cet été avec l’élagage et l’enlèvement de certains arbres.. Ty a introduit une nouvelle initiative visant à réintroduire des espèces indigènes – plantes, buissons, fleurs, arbres et herbe – sur le campus Pearson.

L’entrepreneur qui s’en occupe a demandé la participation des étudiants. De plus amples détails vont être fournis dans les semaines qui viennent pour ceux dont l’emploi du temps permettra de s’impliquer.

Profitez de toutes ces améliorations et prenez-en bien soin.

Dan Hurley

En tant que vice-président, Promotion et relations extérieures, Dan Hurley est responsable des nombreux aspects du rayonnement du Collège Pearson, de nos anciens disséminés dans le monde aux donateurs, commanditaires, gouvernements et collectivités locales. Son équipe assure une forte présente sur les réseaux sociaux, planifie des événements, met sur pied et surveille les campagnes de financement, étudie et prépare des propositions pour d’importants donateurs, conçoit et maintient un programme proactif pour l’implication des anciens dans divers aspects des activités de Pearson, notamment la Maison communautaire et des anciens, le nouveau Programme d’anciens en résidence, les conférenciers invités, la vie après Pearson, etc. Il s’agit, autrement dit, de recueillir des fonds, d’attirer des amis et de gagner en visibilité.

Heather Gross (AN 20/1995, Canada)

Heather Gross est la responsable en chef des études et la vice-présidente, Éducation et programmes du Collège Pearson. À ce titre, elle est chargée de vous offrir une expérience éducative,  avant-gardiste et transformatrice, qui est innovatrice et unique, et qui changera votre vie pour que vous puissiez à votre tour transformer votre communauté, votre pays et, pourquoi pas, le monde.

Heather, la seule membre de la haute direction du Collège Pearson à être aussi une ancienne, va vous présenter les études et les programmes sous l’angle double de la vice-présidente responsable et d’une personne qui a vécu l’expérience comme étudiante du Collège. Elle va très certainement faire des comparaisons, montrer les contrastes avec l’époque où elle était étudiante et parler de ce qui demeure une constante.