Reading Time: 8 minutes

Bonjour à tous et joyeuses Fêtes. Avant d’être tous happés par les festivités de fin d’année, je tenais à faire un compte rendu détaillé de tout ce que notre Collège a fait pour rendre hommage à celui qui nous a inspirés et donné son nom, l’ancien premier ministre Lester B. Pearson.

Comme vous le savez peut-être, cela a fait exactement 60 ans, le lundi 11 décembre, que Lester B. Pearson a reçu en 1957 le Prix Nobel de la paix. Les efforts déployés par M. Pearson pour désamorcer la crise de Suez en créant la première Force d’urgence des Nations Unies (les « Bérets ou Casques bleus ») ont été déterminants pour apaiser les tensions internationales et donner au Canada la réputation de jouer dans la cour des grands dès lors qu’il est question d’affaires mondiales.

M. Pearson croyait profondément à la compréhension internationale par le dialogue et l’éducation mondiale, et cela a inspiré la création du United World College du Pacifique  Lester B. Pearson, aussi appelé Collège Pearson UWC. L’année scolaire 2017-2018 nous permet de rendre un hommage national à cet important moment dans l’histoire du Canada grâce à une série d’activités de sensibilisation sur le campus et à l’extérieur – notamment à Ottawa, Victoria et Toronto.

En plus de souligner l’incommensurable legs d’un grand Canadien connu pour son humilité, c’est une occasion importante de rappeler aux Canadiens et aux leaders d’opinion dans le monde l’existence du Collège d’exception qui porte l’empreinte de M. Pearson et puise dans cet homme son inspiration. Les réalisations des 4 000 anciens du Collège et de nos étudiants actuels forment l’héritage le plus précieux et le plus durable de M. Pearson.

Ottawa

Le 11 décembre, date anniversaire, nous avons été les hôtes, avec Affaires mondiales Canada, d’un événement très couru dans l’Édifice Wellington adjacent à la Colline du Parlement à Ottawa. La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland – une ancienne du Collège UWC de l’Adriatique qui est aussi, en plus de bien les connaître, une bonne amie de notre Collège et du mouvement des collèges du monde uni ou United World Colleges (UWC) en anglais – a rendu hommage à son prédécesseur. Vous pouvez lire son allocution ici.

Je tiens à exprimer notre gratitude à la ministre Freeland et à Affaires mondiales Canada pour avoir accepté si volontiers d’être avec nous les hôtes de la soirée mémorable du 11 décembre. Il s’agissait du dernier des trois événements importants organisés pour le 60e anniversaire et auxquels le Collège Pearson UWC a collaboré avec des partenaires clés.

Quatre anciens membres de la famille Pearson, qui se sont réalisés chacun à sa façon, nous ont fait l’honneur de leur présence à cet événement qui a également attiré des ministres du Cabinet, des parlementaires, des diplomates, plusieurs dizaines d’anciens du mouvement UWC et autres dignitaires. La sénatrice Landon Pearson, belle-fille de M. Pearson et défenseure de longue date des droits des enfants, est venue avec trois des siens qui sont encore en vie : Anne, Hilary et Michael. Anne est membre de l’actuel conseil d’administration du Collège Pearson et ses sœur et frère l’ont déjà été.

Michael a évoqué avec chaleur et d’une façon toute personnelle la vie de son grand-père, en plus de raconter avec humour la réaction initiale qu’a eu M. Pearson, avec l’humilité qui le caractérisait, en apprenant qu’il allait recevoir le Prix Nobel : « Mon Dieu! J’en suis renversé! » Vous pouvez lire une version abrégée de cette allocution passionnante sur notre page Web spécialement dédiée au 60e anniversaire.

Parmi les invités spéciaux figuraient des représentants de l’Ambassade royale de la Norvège, qui ont parlé de l’événement sur leur page Facebook. C’est à Oslo, en Norvège, que se tiennent chaque année la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix et le discours qui l’accompagne.

L’allocution que j’ai prononcée à cette occasion se fait l’écho des propos tenus par nos invités spéciaux. Comme je l’ai dit, « Lester B. Pearson était convaincu que notre école permettrait de préparer et d’inciter des jeunes acteurs du changement partout au Canada et dans le monde à faire une différence dans leurs carrières, communautés et pays respectifs ».

Rencontre avec la gouverneure générale

Le 11 décembre, Dan Hurley, vice-président, Promotion et relations extérieures, et moi avons eu le privilège d’être reçus par la gouverneure générale Julie Payette, une ancienne du Collège UWC de l’Atlantique, à sa résidence de Rideau Hall. En plus de discuter du legs de M. Pearson, Prix Nobel de la paix, nous avons parlé de la mobilisation des jeunes au Canada, du Collège et du mouvement UWC. Nous avons eu le plaisir d’inviter Son Excellence, qui a déjà siégé au conseil d’administration du Collège, à visiter le campus pendant son mandat de gouverneure générale et à assister à notre assemblée générale annuelle de 2018, qui devrait se tenir en novembre prochain à Ottawa.

Dan et moi avons aussi rencontré à Ottawa des représentants clés du gouvernement fédéral, des donateurs, des commanditaires et des amis de la région. Nous remercions vivement notre administratrice Lori Sterling (2e cohorte/1977, Canada-ON), qui a organisé de merveilleuses retrouvailles d’anciens chez elle. J’étais ravie que tant d’anciens de la région aient pu se joindre à nous.

Le jour de l’anniversaire, un communiqué de presse du Collège Pearson UWC a été diffusé en français et en anglais à l’échelle régionale et nationale. L’honorable Anne McLellan, présidente du Conseil, y déclarait que « l’engagement de M. Pearson et de ses collègues en faveur d’une éducation globale est à l’origine de la fondation d’une école qui a instillé ses valeurs chez plus de 4 000 étudiants du monde entier depuis son ouverture en 1974 ».

Dégustation de gâteau sur le campus et réflexion sur le sens que chacun donne à la paix

Pour ce grand jour, une affiche a été installée à la cafétéria du campus afin que les étudiants y notent leurs réflexions sur la paix, la compréhension internationale et l’impact de l’œuvre de M. Pearson sur les jeunes d’aujourd’hui. Et les étudiants ont eu droit, comme le veut la tradition, à un gâteau d’anniversaire! Ce soir-là, les étudiants ont aidé à mettre sur pied un groupe de discussion pour réfléchir à ce que la paix représente dans leur vie et comment ils comptent avoir un impact positif sur leur communauté en forgeant la paix.

Dans les médias et sur la Colline du Parlement

En prévision de l’anniversaire, nous avons fait paraître une tribune libre dans le Vancouver Sun, le quotidien qui a le plus fort tirage en Colombie-Britannique. Nous avons fait appel à Yuen Pau Woo, un ancien de Pearson et sénateur canadien (6e cohorte/1982, Singapour), qui a gentiment accepté de faire une réflexion personnelle sur le 60e anniversaire de la reconnaissance de M. Pearson par le Comité Nobel. Dans son article, il a rendu hommage avec élégance au Collège Pearson UWC, à ses étudiants et aux anciens en tant que véritables dépositaires vivants de l’engagement de M. Pearson en faveur d’une compréhension et d’un dialogue mondiaux.

Le sénateur Woo, qui dirige le Groupe des sénateurs indépendants, a aussi pris la parole devant le Sénat du Canada le 12 décembre. Les versions française et anglaise des discours parlementaires peuvent être consultées sur notre page Web spécialement créée pour le 60e anniversaire. Randall Garrison, député de Esquimalt – Saanich – Sooke, nous a aussi fait parvenir une allocution cette semaine. M. Garrison se réjouissait de la prononcer à la Chambre des communes, mais son intervention a dû être reportée en raison de circonstances imprévues et indépendantes de sa volonté.

Un autre article de sensibilisation visant à faire davantage connaître le Collège à Victoria et sur toute l’île de Vancouver a été publié le 9 décembre dans l’édition imprimée du quotidien Victoria Times Colonist . Il était associé au 60e anniversaire, et a permis de rappeler à nos amis et voisins des environs et de la région que « le monde est à leur porte ».

Toujours en lien avec les médias, notre personnel a collaboré avec le site Web et magazine iPolitics de James Baxter à un numéro spécial de fin d’année qui a rendu hommage à M. Pearson et à ce qu’il a accompli. Je vous invite à cliquer sur le lien pour télécharger une publicité de sensibilisation et une brève présentation visuelle sur deux pages du Collège. Je me dois de mentionner Andrew Cohen, un bon ami du Collège, chroniqueur et universitaire. Auteur d’une excellente biographie de M. Pearson, il a ravi les étudiants du Collège au début de décembre en relatant avec force détails et beaucoup de précision la vie et la carrière du lauréat du Prix Nobel.

Toronto

Le 2 novembre, notre événement « PEARSON ET LES QUATRE VISAGES DE LA PAIX » organisé avec le Collège Massey a attiré des centaines de personnes au théâtre Isabel Bader de l’Université de Toronto pour les retrouvailles historiques de cinq ministres des Affaires étrangères du Canada – la ministre Freeland et ses prédécesseurs Joe Clark, Lloyd Axworthy, Bill Graham et Barbara MacDougall. Nous en avons profité pour présenter une vidéo courte et inspirante sur le Collège et le mouvement UWC. Les distingués invités ont répondu aux questions bien formulées que deux de nos étudiants, Daniel (44e cohorte/2019, Venezuela) et Adrita (43e cohorte/2018, Bangladesh), ont posées par vidéo. J’aimerais remercier personnellement Hugh Segal, directeur du Collège Massey, et le Dr Thomas Axworthy, Fellow principal, qui ont aidé Pearson à tenir cet événement prestigieux et important.

Victoria

Deux semaines plus tard, nous avons été les hôtes conjoints de la réception inaugurale du Forum de Victoria, une conférence de trois jours sur la diversité et l’inclusion organisée par l’Université de Victoria et Affaires mondiales Canada, qui a attiré des participants de partout au Canada. Cela a permis au Collège de parler de notre établissement, des anciens et des étudiants actuels à d’importantes figures locales et régionales comme Jinny Sims, ministre provinciale des Services aux citoyens, et Lisa Helps, mairesse de Victoria, ainsi que des personnes clés qui exercent une influence à l’échelle nationale comme Perry Bellegarde, chef national de l’Assemblée des Premières Nations, et Jody Wilson-Raybould, ministre de la Justice et procureure générale du Canada.

La présence marquée et visible des étudiants, professeurs, anciens et autres employés du Collège Pearson UWC a joué un rôle déterminant dans la réussite de la soirée. Yuen Pau Woo, un ancien du Collège et sénateur, a prononcé une allocution percutante sur l’impact de M. Pearson et ce qu’il a légué au Canada moderne ainsi qu’aux diplômés du Collège. Les étudiants actuels Ali (43e cohorte/2018, Canada-AB) et Tomma (43e cohorte/2018, Burkina Faso) ont médité chacun avec profondeur, en anglais et en français, respectivement, sur leur jeune expérience de la vie. Andrew Sewell, un de nos professeurs, a parlé d’instiller des leçons d’apprentissage en classe et de vie à Pearson. Enfin, un groupe d’étudiants de Pearson dirigé par Quni (43e cohorte/2018, Groenland) a interprété une danse de phoque inuit puissante et visuellement impressionnante appelée Uajii.

Ces activités de sensibilisation et ces célébrations n’auraient pu avoir lieu sans les efforts incroyables d’une multitude d’employés, de bénévoles et d’étudiants du Collège Pearson UWC. Je suis profondément reconnaissante de l’inspiration et des innombrables heures que cela a demandé pour créer, soutenir et tenir ces événements. Mais ce n’est pas terminé — nous allons continuer à souligner l’anniversaire du Prix Nobel de M. Pearson et son héritage tout au long de l’année scolaire, et c’est pourquoi nous vous invitons à visiter notre site Web et nos réseaux sociaux en 2018.